Mini-Transat 6.50 : signatures des conventions

28.03.2013 Signatures des conventions entre Pointe-à-Pitre et les partenaires de la course

 

La Ville de Pointe-à-Pitre, La Ville de Douarnenez la Région Bretagne, le Conseil général du Finistère, la CCI de Quimper Cornouaille s’engagent autour de la Mini-Transat 2013 et signe la convention avec Jacques Bangou, Maire de Pointe-à-Pitre

  • La Guadeloupe fin novembre 2013, un retour aux sources pour cette course en solitaire
  • La course affichera complet avec 84 voiliers de 6,50m
  • Départ le 13 octobre 2013 à 13h13
  • Les organisateurs seront présents à Pointe-à-Pitre pour constater l’avancée du « dispositif arrivée » entre le 3 et le 5 avril prochain.

Le 13 octobre 2013, ce seront donc a minima 84 solitaires qui s’élanceront de Douarnenez pour rejoindre tout d’abord l’île de Lanzarote aux Canaries puis Pointe-à-Pitre, capitale de la Guadeloupe. Pour officialiser l’engagement des collectivités territoriales, Philippe Paul, Sénateur-Maire de Douarnenez, Jacques Bangou, Maire de Pointe-à-Pitre, Pierre Maille, Président du Conseil général du Finistère, Pierrick Massiot, Président du Conseil régional de Bretagne et Jean-François Garrec, Président de la CCI de Cornouaille ont paraphé, ce mercredi 27 mars, les conventions partenaires avec Bertrand Nardin, Président de Douarnenez Courses et Olivier Avram, Président de la Classe Mini.

Qu’on se le dise, le retour de la Mini-Transat en Finistère se devait d’être accompagné dignement pour faire de cette édition 2013 une réussite totale. C’est en vertu de cet attachement à une épreuve qui a révélé quelques uns des meilleurs marins de l’époque comme Lionel Lemonchois, Thomas Coville ou Bernard Stamm entre autres que les collectivités territoriales ont choisi de s’engager sans retenue aux côtés de Douarnenez Courses, l’association en charge de l’organisation de l’épreuve.

Douarnenez, ville maritime par excellence
Ce sera donc la deuxième fois que Douarnenez accueillera le départ de la Mini-Transat après l’édition de 1991, marquée par la victoire de Damien Grimont et la participation d’un certain Michel Desjoyeaux. Pour autant, entre les Minis et Douarnenez, c’est une longue connivence qui s’est établie puisque le port cornouaillais est chaque année le point de départ du Trophée Marie-Agnès Péron et du Mini-Fastnet. Douarnenez, c’est aussi le Grand Prix Guyader qui attire une des plus belles flottes de Dragon, les monocoques IMOCA ainsi que la fine fleur des multicoques des Multi50 aux maxi trimarans. Douarnenez, c’est enfin tous les deux ans les fêtes maritimes qui brandissent haut le flambeau du patrimoine.

Pointe-à-Pitre, destination par évidence
Tout un chacun connaît Pointe-à-Pitre, ligne d’arrivée de la mythique Route du Rhum tous les quatre ans. Mais la capitale de la Guadeloupe, c’est aussi la marina de Bas du Fort qui dispose de plus de 1000 places de ponton : location, charter sont les principales activités de la marina située à quelques minutes du centre ville de Pointe-à-Pitre.
Accueillir la Mini-Transat, c’est aussi susciter des vocations nouvelles et inciter les jeunes Guadeloupéens à s’investir dans les sports et activités nautiques, une activité économique amenée à se développer dans les années à venir.

Ils ont dit :

Bertrand Nardin, Président de Douarnenez Courses
« C’est un défi pour Douarnenez Courses qui s’est organisé pour que tout soit prêt pour le 13 octobre 2013.»

Olivier Avram, Président de la Classe Mini
« La Mini Transat 2013 n’est plus un défi, c’est une réalité. La Classe Mini est ravie que toutes les forces se soient mises en place, à la fois au niveau politique et économique. Tous les acteurs du nautisme se sont réunis autour d’une même organisation pour que la Mini soit une réalité, qui part dans un peu moins de 7 mois.»

Philippe Paul, Sénateur-Maire de Douarnenez
« L’organisation monte en puissance, il y a une grande dynamique. Cet événement mythique fait participer le territoire à une manifestation à travers ses entreprises, c’est extrêmement positif. La Mini Transat a une dimension humaine et conviviale. Ici, le milieu de la voile est une grande famille et la Mini Transat s’intègre parfaitement à ce schéma. »

Jacques Bangou, Maire de Pointe-A-Pitre
« La Mini Transat est un défi sportif, administratif et politique pour les municipalités, dont celle que je dirige, Pointe-A-Pitre. C’est une aventure que nous mèneront jusqu’au bout. »

Jean-François Garrec, Président de la CCI de Cornouaille
« La Mini-Transat est une course qui a beaucoup d’importance, elle permet à de jeunes navigateurs de se révéler. La Chambre de Commerce et d’Industrie veut travailler avec tous les organisateurs sur cette Mini-Transat, nous pensons que l’avenir du Nautisme dans notre région est important. Avec cette course, nous retrouverons des noms de grands marins qui participeront à l’économie locale. »

Le parcours 2013 : retour aux origines
Première étape Douarnenez – Arrecife (île de Lanzarote) : 1200 milles.
Deuxième étape Arrecife – Pointe à Pitre : 2800 milles.

Les dates à retenir
Prologue le 6 octobre 2013.
Départ de Douarnenez le 13 octobre 2013 à 13h. Arrivée aux Canaries entre le 23 et le 26 octobre 2013.
Départ des Canaries le 9 ou 10 novembre 2013. Arrivée en Guadeloupe entre le 23 et le 30 novembre 2013.

Douarnenez Courses : organisateur de la Mini Transat 2013 et 2015
Toutes les associations de Douarnenez se sont mobilisées avec le soutien des collectivités locales et territoriales sous l’égide de Douarnenez Courses : les clubs nautiques, Douarnenez Voiles et la Société des Régates de Douarnenez, le Winches club qui organise depuis de nombreuses années les courses de mini avec le Mini Fastnet et la MAP en porteurs de flambeau, mais aussi l’association des Fêtes Maritimes, et d’autres encore qui se préparent à faire des quinze jours précédant le départ, une fête de la mer et des marins. Les concurrents seront accueillis au sein du Port-Rhu, véritable écrin au cœur de la ville.

Note aux médias et rédactions

Les organisateurs de DOUARNENEZ COURSE seront en Guadeloupe du 3 au 5 avril prochain afin de rencontrer les partenaires locaux et constater de l’avancée du dossier « arrivée ». A cette occasion il tiendront un point presse dont la date vous sera communiquée ultérieurement.

Contact Guadeloupe

Loïc BAUDUIN T. 0690 96 24 22 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. '; document.write(''); document.write(addy_text39583); document.write('<\/a>'); //-->\n Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. skype: citronmer www.minitransat.fr


18.09.2012 source : Tom MOLLARET France-Antilles Guadeloupe

Déplacée entre La Rochelle et le Brésil pendant dix ans, la Mini Transat fait son retour en Guadeloupe. Fin 2013, elle reliera Douarnenez à Pointe-à-Pitre. Hier, c'était l'occasion pour le maire de la commune bretonne de rendre visite à son homologue pointois.

Treize ans après, le moment approche à grand pas. Dans un peu plus d'un an, la Mini Transat regagnera les côtes guadeloupéennes, pour la première fois depuis 1999. Cette année-là, la course avait atteint Basse-Terre. En 2013, elle liera Douarnenez, en Bretagne, à Pointe-à-Pitre, soit 4 000 miles environ (6 437 km). Une décision annoncée à l'occasion du salon nautique de Paris en décembre 2011. Hier, les maires des deux communes hôtes ont pu se rencontrer. L'opportunité de revenir sur les prémices de l'organisation. « Pour les Bretons, Pointe-à-Pitre a une résonnance. Alors quand on a travaillé sur le sujet avec mes adjoints pour définir une ville d'arrivée, tout le monde a nommé celle de Guadeloupe. Au culot, j'ai téléphoné à Jacques (Bangou). Il a dit oui » , se remémore Philippe Paul, le maire breton.

« UN RETOUR AUX SOURCES »

Sur les classes mini, des bateaux de 6,50 m de long capables d'aller à 25 noeuds (46,3 km/h), les marins découvriront une nouvelle aventure. C'est ce qui a convaincu les organisateurs de changer le tracé La Rochelle - Salvador de Bahia, après six éditions. « Les concurrents connaissent le Brésil, détaille Gwen Chapalain, délégué général de l'organisation. Venir aux Antilles représente un retour aux sources et aux choix architecturaux des navires. Ce n'est pas la même route, ni le même vent. On passe d'un vent de travers à un vent arrière. » Les alizés vont donc pousser les acteurs vers la Guadeloupe. Après la Route du Rhum, Pointe-à-Pitre accueillera donc une autre grande classique de la voile. Tout doit être prêt pour servir aux mieux les intérêts de la course. « On a des références sur le terrain. On va s'appuyer sur leurs compétences, comme la ligue de voile » , complète Jacques Bangou, le premier élu pointois. Il reste un an pour tout mettre en place. Et envisager l'édition suivante, déjà acquise sur le même tracé, avec sérénité.